La Fédération Européenne de Krav Maga

lien vers FEKMLogo-FEKM

Créée en 1997 par Richard DOUIEB délégué par Imi LICHTENFELD, la Fédération Européenne de Krav Maga compte aujourd’hui près de 15000 licenciés dans 10 pays, ce qui fait d’elle la première fédération en nombre de licenciés.

Code Moral de la FEKM

En tant qu’adhérent de la FEKM, je m’engage à respecter la charte de conduite suivante :

  • Je ferai preuve d’honnêteté, de non-agressivité, d’humilité, de respect du règlement de nos statuts, de notre règlement intérieur, des instructeurs et de nos partenaires. 
  • En outre, je m’engage à n’utiliser les techniques de Krav Maga exclusivement que pendant les cours ou dans le seul but de défendre mon intégrité physique et celle de mes proches.
  • Je devrai également contribuer à instaurer un climat d’amitié, de simplicité et de convivialité.

Richard DOUIEB, représentant officiel du Krav Maga en Europe

Né en 1956 à Jérusalem, Richard a grandi en France. Jeune, il pratique assidûment la natation et la gymnastique puis à l’armée en Israël, il découvre le Krav Maga. Il passe son diplôme d’instructeur militaire avec Imi Lichtenfeld. De retour en France, il pratique différentes disciplines: Ju-Jitsu (ceinture noire), Boxe Thaïlandaise puis Boxe Américaine où il obtient un titre de champion de France en 1983 et 1984. Après avoir passé son brevet d’état de Krav Maga, Richard se consacre uniquement à l’enseignement de cette discipline. Délégué par le fondateur Imi Lichtenfeld, il est à l’origine du développement du Krav Maga en Europe.

  • 6° Dan de Krav Maga FEKM et FFKDA (Fédération Française de Karaté et Disciplines Associées)
  • Président de la Fédération Européenne de Krav Maga
  • Président de la Commission Krav Maga au sein de la FFKDA 
  • Moniteur militaire et civil israélien de Krav Maga
  • Formateur des enseignants de sports de combat du GIGN en self défense, pendant plus de douze années
  • Ancien professionnel de la sécurité
  • Entraîneur de plusieurs unités d’élite militaires et de police en France et à l’étranger

“… Le Krav Maga est un Art Martial complet et en tant que tel on est obligé d’y retrouver des techniques inhérentes ailleurs. Ce qui fait notre originalité ce ne sont pas ces techniques mais la manière de les utiliser et surtout le moyen dans la pratique de réduire les risques à leur minimum. Le Krav Maga n’est pas un Art Martial en plus. Si deux pratiquants utilisent un même coup de poing ou de pied ou un même dégagement d’étranglement, je peux discerner lequel des deux pratique notre discipline. Je m’insurge contre quelques véritables enseignants d’un niveau moyen, dont le travail prioritaire est de former d’autres enseignants en quelques jours, et bien sûr pas très bien mais en tout cas pour très cher, sur lesquels ils règneront sans partage, sans convivialité, et avec une déontologie qui ferait rougir de honte mon maître Imi dont ils se réclament pourtant… J’ajouterais que le motif de ma colère ne vient pas de l’inquiétude que je pourrais avoir sur le développement de la FEKM qui ne craint rien de ces éléments négligeables, mais plutôt du tort que ces faux enseignants procurent à leurs quelques élèves qui sont venus se ranger de toute bonne foi sous la responsabilité de ces irresponsables prêts à les abuser pour assouvir leur petit besoin de pouvoir… Quelques éclaircissements concernant l’historique… En 1988, Imi a estimé que j’avais le niveau requis après 15 ans de pratique de Krav Maga pour le représenter en Europe. Il me nomma son représentant, lettre officielle à l’appui. A l’époque, il n’existait qu’une seule association en Israël, excepté celles de Daren Levine et d’Eli Aviczar (respectivement créées en 1983 et 1984). En 1994, Eyal Yanilov crée son association, l’IKMF. Je suis pour ma part resté avec mon Maître jusqu’à sa mort en suivant son enseignement pendant 24 ans. La richesse d’Imi était telle que, durant toute cette période, j’avais sans cesse des choses à apprendre. Ma rencontre avec lui a été une providence tant sur le plan technique qu’humain.” R. DOUIEB

Comme dans beaucoup d’arts martiaux et sports de combat, un système de ceintures de couleur détermine le niveau technique des pratiquants. Un débutant commence son apprentissage et s’il fait preuve de régularité il pourra se présenter aux examens de grades, en général une ceinture par année. Bien sur il n’y a aucune obligation de passer une ceinture, l’élève est libre de choisir si cela l’intéresse ou non et cela ne l’empêche pas de suivre le cursus normal, année après année.

Accéder au programme des ceintures